L’épreuve de l’Évangile

Mieux vaut prévenir que guérir

Posted on mai 8, 2011 by Paul Ellis // 38 Comments

J’ai un jour entendu un prédicateur dire que “80 à 90% des chrétiens ne connaissent pas l’évangile de la grâce.”

Je suppose que cette estimation n’est pas loin de la vérité, comme en témoigne le grand nombre de croyants qui essaient encore de gagner ce que Dieu leur a donné gratuitement.

Si vous interrogiez ces personnes sur la grâce, elles déclareraient : “Oui, je suis sauvé par la grâce ! Je remercie Dieu pour sa grâce !”

Mais par leurs œuvres, ils témoignent que la grâce de Dieu ne suffit pas.

La grâce les a peut-être fait commencer, mais maintenant c’est à eux de finir. Après avoir commencé par l’Esprit, ils essaient maintenant d’atteindre leur but par l’effort humain (Ga 3,3).

Au lieu de chercher à comprendre ce que signifie être sauvé, ils travaillent dur pour rester sauvés.

Comment cela se produit-il ?

En général, quelqu’un leur dit que Dieu ne les acceptera pas, ne les bénira pas et ne sera pas satisfait d’eux s’ils ne se produisent pas pour Jésus.

Les œuvres religieuses mortes sont vendues avec des étiquettes respectables comme responsabilité, bonnes œuvres, mission, semailles et investissement. Je ne suis pas contre ces choses. Mais je m’oppose fermement au mensonge qui dit que la faveur de Dieu dépend de ce que vous les fassiez.

Savez-vous que vous êtes sauvé par la grâce et gardé par la grâce ?

Ainsi donc, de même que vous avez reçu le Christ Jésus comme Seigneur, continuez à vivre en lui. (Col 2:6)

Comment l’avez-vous reçu ? Par la foi. Comment devez-vous continuer à vivre en lui ? Par la foi. C’est la foi en la grâce de Dieu du début à la fin.

Vivez-vous par la foi du Fils de Dieu ? Ou bien avez-vous souscrit une petite assurance des œuvres ?

Comme l’a dit Watchman Nee, vous pouvez essayer ou avoir confiance, mais vous ne pouvez pas faire les deux.

Laissez-moi vous donner un test simple pour vous aider à déterminer si le message de l’évangile auquel vous faites confiance est le même évangile que celui que Jésus a révélé et que Paul a prêché. Posez-vous ces quatre questions. Si vos réponses sont toutes positives, alors réjouissez-vous, car vous vivez de la grâce pure et non diluée !

1. Cet évangile me pousse-t-il à fixer mes yeux exclusivement sur Jésus ?

Un vrai prédicateur de l’évangile cherchera toujours à révéler de plus en plus de Jésus.

Il m’a fallu des années pour m’en rendre compte. Lorsque j’ai commencé à prêcher dans les années 1990, j’avais l’habitude de prêcher sur le royaume. J’aimais le royaume et je l’aime toujours. Mais je réalise aujourd’hui que mon amour pour le royaume était en réalité un amour pour le Roi. Maintenant, je prêche simplement ce Grand Roi qui m’aime et s’est donné pour moi.

Maintenant, je ne fais que prêcher Jésus.

Prêcheurs, avez-vous besoin d’un message sur la guérison ? Alors prêchez Jésus !

Avez-vous besoin d’une série sur le dépassement, le don, la sagesse, la sainteté, la foi, la guerre, le mariage, la vie de famille, l’aide aux pauvres, la délivrance, le Lévitique, le Tabernacle, etc ? Alors prêchez Jésus !

Quel que soit votre besoin, votre réponse se trouve en Jésus et dans son œuvre achevée. C’est pourquoi Paul a décidé de ne rien connaître d’autre que “le Christ et son crucifié” (1 Cor 2:2). Tout message qui ne révèle pas Jésus sera probablement un substitut impuissant, un voyage dans la chair, et une opportunité gâchée.

Jésus est la manifestation suprême du caractère et du dessein de Dieu. Tout message qui diminue Jésus, insulte l’Esprit de grâce. Jésus est sans égal et rien ne peut lui être comparé. Il est devenu pour nous la sagesse de Dieu et je ne me vanterai de rien d’autre (1 Cor 1:30-31).

Voici le test : Un faux évangile mettra l’accent sur ce que vous faites (ou ne faites pas), tandis que le vrai évangile mettra l’accent sur l’œuvre achevée de Christ sur la croix. Un faux évangile vous rendra introspectif et anxieux, alors que le vrai évangile vous rendra toujours conscient du Christ et reconnaissant.

2. Cet évangile augmente-t-il ma dépendance à l’égard de Jésus ?

Jésus a dit : “Sans moi, vous ne pouvez rien faire” (Jn 15.5). Malheureusement, beaucoup de choses sont faites sans Jésus et la plupart d’entre elles ne mènent à rien !

Au lieu de guérir les malades, de ressusciter les morts et de chasser les démons – les choses mêmes que Jésus a dit que ses disciples feraient – nous faisons d’autres choses. Et parce que nous sommes si occupés à faire d’autres choses, nous sommes épuisés et nous ratons des occasions de faire les œuvres et de plus grandes œuvres de Jésus.

Laissez-moi vous rassurer dès maintenant : Je vous garantis que vous ne pouvez pas guérir les malades et ressusciter les morts par vos propres forces. N’essayez même pas. Mais le Christ en vous peut faire ces choses et de plus grandes encore. Lui faites-vous confiance ?

Travailler à votre salut avec crainte et tremblement décrit l’aventure d’apprendre à faire des choses impossibles avec Jésus.

Voici le test : Un faux évangile encourage les œuvres mortes faites en votre propre nom, mais le véritable évangile vous incitera à prendre des risques en son nom et vous aidera à porter des fruits durables.

3. Cet évangile me donne-t-il les moyens de vaincre le péché ?

Il y a deux façons de traiter le péché : (1) prêcher la loi ou (2) révéler la grâce. La première approche est vouée à l’échec car le but de la loi est d’enflammer le péché (Rom 7:5). Tout succès dans le respect des règles ne fera qu’aggraver les péchés d’orgueil et d’autosatisfaction. La loi est impuissante face au péché car elle ne touche pas le cœur (Col 2:23).

Pire encore, elle libère la condamnation (que certains confondent avec la conviction) et annonce la mort, comme elle a été conçue pour le faire (2 Cor 3:7,9).

En revanche, un prédicateur de la grâce abordera le péché de manière pratique en révélant votre véritable identité en Christ.

Vous êtes une nouvelle création avec une nouvelle nature. Votre ancien logiciel de péché a été cloué à la croix et vous n’êtes plus l’esclave du péché (Rom 6:6,20). Les appétits sont traités en reconnaissant qui vous êtes en Christ et en considérant votre ancien moi comme mort.

Voici le test : Un faux évangile vous gardera conscient du péché et attaché, mais le véritable évangile vous donnera le pouvoir de ne plus pécher.

4. Cet évangile libère-t-il la paix et la joie ?

Le royaume des cieux est justice, paix et joie dans le Saint-Esprit (Rom 14:17). Si l’évangile que vous écoutez ne révèle pas Jésus et le don de sa justice, vous ne connaîtrez jamais la paix et la joie qui en découlent.

Ce test porte en fait sur la justice : Vous reposez-vous sur la sienne ou essayez-vous de l’impressionner avec la vôtre ?

Un faux évangile cherche à fabriquer la justice par les œuvres et une vie sainte. En prescrivant une ligne de conduite, il échouera instantanément aux trois tests ci-dessus. Il vous chargera de charges que vous ne pourrez pas porter et d’attentes auxquelles vous ne pourrez pas répondre. Avant que vous ne le sachiez, vous serez aussi stressé et sans joie que Marthe.

Si vous cessiez de faire ce que vous faites pour Jésus, vous sentiriez-vous coupable ?

Que se passerait-il si vous péchiez, si vous cessiez de donner, ou si vous séchiez l’église ?

Je ne vous encourage pas à faire l’une de ces choses – pécher est stupide. Mais quelqu’un qui sait qu’il est revêtu de sa justice se battra rarement contre la culpabilité et la condamnation. Même lorsqu’il pèche, il sentira le Saint-Esprit le convaincre de sa justice en Christ (Jean 16:10).

Voici le test : Une personne qui a adhéré à un faux évangile ne connaîtra jamais une paix durable. Même s’il a fait ce que l’on attendait de lui, il aura toujours le sentiment d’en avoir fait assez. Mais la révélation de la faveur imméritée de Dieu qui vient du véritable évangile apporte la vraie paix.

Paul a commencé chacune de ses lettres par la phrase : “Grâce et paix à vous de la part de Dieu le Père”.

La paix du monde est temporaire, mais la paix de Dieu – ce sentiment que tout va pour le mieux parce que vous appartenez à Jésus et que sa faveur repose sur vous – dépasse l’entendement (Php 4,7). Elle fortifie votre cœur et votre esprit, de sorte qu’en toutes circonstances, vous vous retrouvez débordant de reconnaissance (Col 2,7).

Quelle que soit la gravité de votre épreuve, vous pourrez trouver le repos – et même la joie – dans ses bras puissants et aimants (Php 4,4).

Traduit avec www.DeepL.com/Translator (version gratuite)

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s