All posts by TheTruthProspector

By profession a steel QA consultant. By Passion a follower of the Truth. I love photography, art forms, God's creation, and and all true natural sciences but especially minerology.

MATTHEW 10:34

DAVID ELLIS GRACE COMMENTAIRE

{mes commentaires en parathèse}

” Ne croyez pas que je sois venu apporter la paix sur la terre ; je ne suis pas venu apporter la paix, mais une épée.

Une épée. Ces mots semblent difficilement conciliables avec l’image de Jésus, Prince de la Paix. Mais l’épée qu’il brandit n’est pas une épée romaine, c’est une épée de vérité, et la vérité divise.

{Nous n’avons pas besoin d’utiliser des épées, des fusils ou des bombes pour gagner nos batailles. L’épée de l’esprit, ce sont les paroles particulières de Dieu prononcées pour la situation. C’est une épée spirituelle et non une épée contre les ennemis de chair et de sang. Nos armes sont plus puissantes que l’esprit et nous pouvons détruire les ennemis qui sont des mensonges avec la vérité.}

Les gens se divisent par leur réponse à Jésus.

{Jésus a dit qu’il était la Vérité. Lorsque les gens sont haineux et se séparent de la vérité, cela provoque des batailles. Mais nous ripostons en aimant davantage nos ennemis}

Un chrétien n’est pas nécessairement plus moral que son voisin incroyant ; un chrétien est quelqu’un qui fait ce que Jésus dit. Inversement, un incroyant n’est pas nécessairement immoral ; un incroyant est quelqu’un qui rejette ce que Jésus dit. Comme les chefs au cœur dur de Jérusalem, ils “refusent de venir à moi pour avoir la vie” (Jean 5:40). Jésus est la Vie, et ceux qui viennent à lui vivront.

{Ce n’est donc pas Jésus qui divise les gens, mais les gens se divisent eux-mêmes par rapport à Jésus. Ce n’est pas Dieu qui juge, ce sont les gens qui se jugent mauvais et préfèrent s’accrocher à ce qui leur fait du mal. Avec Dieu il y a la paix pour toute l’humanité, ce sont les humains qui se battent, se divisent de Dieu et les uns des autres !}

MATEO 10:34

DAVID ELLIS GRACE COMMENTARY

{mis comentarios entre paréntesis}

“No penséis que he venido a traer paz a la tierra; no he venido a traer paz, sino espada.

Una espada. Estas palabras parecen difíciles de conciliar con la imagen de Jesús, el Príncipe de la Paz. Pero la espada que empuña no es una espada romana; es una espada de la verdad, y la verdad divide.

{No necesitamos usar espadas ni pistolas ni bombas para ganar nuestras batallas. La espada del espíritu son las palabras particulares de Dios dichas para la situación. Es una espiritual fue no uno contra los enemigos de carne y sangre. Nuestras armas son más poderosas, pero pero el espíritu y podemos destruir a los enemigos que son mentiras con la verdad}

La gente se divide por su respuesta a Jesús.

{Jesús dijo que Él es la Verdad. Cuando las personas son odiosas y se dividen lejos de la verdad esto causa batallas. Pero contraatacamos amando más a nuestros enemigos}

Un cristiano no es necesariamente más moral que su vecino no creyente; un cristiano es alguien que hace lo que Jesús dice. A la inversa, un incrédulo no es necesariamente inmoral; un incrédulo es alguien que rechaza lo que Jesús dice. Como los dirigentes de corazón duro de Jerusalén, “no quieren venir a mí para tener vida” (Juan 5:40). Jesús es la Vida, y los que vienen a Él vivirán.

{Por tanto, en realidad no es Jesús quien divide a la gente, sino que la gente se divide de Jesús. No es Dios quien juzga, son las personas las que se juzgan a sí mismas malvadas y prefieren aferrarse a aquello que les hace daño. Con Dios hay paz para toda la humanidad, ¡son los humanos los que luchan, se dividen de Dios y entre sí!}

MATTHEW 10:34

DAVID ELLIS GRACE COMMENTARY

{my comments in parathesis}

“Do not think that I came to bring peace on the earth; I did not come to bring peace, but a sword.

A sword. These words seem hard to reconcile with the image of Jesus the Prince of Peace. But the sword he wields is not a Roman sword; it’s a sword of truth, and truth is divisive.

{We do not need to use swords or guns or bombs to win our battles. The sword of the spirit is the particular words of God spoken for the situation. It is a spiritual was not one against the flesh and blood enemies. Our weapons are mightier but but spirit and we can destroy the enemies who are lies with the truth}

People divide themselves by their response to Jesus.

{Jesus said He is the Truth. When people are hateful and divide themselves away from the truth it causes battles. But we fight back by loving our enemies more}

A Christian is not necessarily more moral than their unbelieving neighbor; a Christian is someone who does what Jesus says. Conversely, an unbeliever is not necessarily immoral; an unbeliever is someone who rejects what Jesus says. Like the hard-hearted leaders of Jerusalem, they “refuse to come to me to have life” (John 5:40). Jesus is the Life, and those who come to him shall live.

{Therefore it really is not Jesus who divides people but people divide themselves from Jesus. It is not God that judges, it is people who judge themselves evil and prefer to hand on to that which is hurting them. With God there is peace to all mankind, it is the humans who fight, divide themselves from God and each other!}

QUÉ HACER EN LA PERSECUCIÓN


MATEO 10:19
“Pero cuando os entreguen, no os preocupéis por cómo o qué habéis de decir; porque se os dará en aquella hora lo que habéis de decir.
No os preocupéis. Mientras esperaban en los calabozos o eran atados a los postes de la flagelación, los discípulos recordaban las palabras de Jesús y se animaban. Cuando fueron llevados ante las autoridades, el Espíritu Santo les dijo lo que tenían que decir, y sus inspirados discursos quedaron registrados en las Escrituras para nuestra edificación (por ejemplo, Hechos 4:8-13).
MATEO 10:22
“Seréis odiados por todos a causa de mi nombre, pero el que haya resistido hasta el fin es el que se salvará.
El que haya resistido hasta el fin será el que se salve. Jesús está enseñando a sus discípulos cómo mantenerse vivos frente a la persecución.
En este pasaje, Jesús describe algunos de los problemas que afligirán a los apóstoles cuando prediquen el Evangelio. “Os entregarán a los tribunales y seréis azotados en las sinagogas” (versículo 17); “por causa de mi nombre seréis llevados ante gobernadores y reyes como testigos” (18); “el hermano entregará al hermano a la muerte” (versículo 21). Es un panorama desolador, pero Jesús les muestra cómo sobrevivir. “Cuando os persigan en una ciudad, huid a la otra” (versículo 23).
Hay un tiempo para tomar posición y un tiempo para huir. Si los hombres vienen a por ti con piedras y látigos, entonces es el momento de huir. Es mejor vivir y luchar un día más que satisfacer las ansias de sangre de algún fanático.
Para leer más: “Persevera hasta el fin y serás salvo”
MATEO 10:23
“Pero cada vez que os persigan en una ciudad, huid a la siguiente; porque de cierto os digo que no acabaréis de recorrer las ciudades de Israel hasta que venga el Hijo del hombre.
Cuando os persigan en una ciudad, huid. Jesús no espera que mueras por la causa. Él murió para que tú vivas, y a veces eso significa correr por tu vida.
En Listra, Pablo fue arrastrado fuera de la ciudad, apedreado y dado por muerto (Hechos 14:19). Al día siguiente abandonó la ciudad y se fue a Derbe. Imagínese lo que podría haber pasado si Pablo se hubiera quedado en Listra.
En Tesalónica y Berea ocurrió lo mismo. En cuanto empezaron los problemas, Pablo se marchó antes de que se le fueran de las manos (Hechos 17). Pablo permaneció dos años en Éfeso, y se marchó después de una revuelta (Hechos 20:1). Cuando se enfrentó a una persecución mortal, Pablo se marchó, aguantó y siguió vivo.
Jesús sabía que si el mundo le perseguía a él, también nos perseguiría a nosotros (Juan 15:20). Pero mientras Jesús tuvo que ir a la cruz y morir, nosotros no tenemos que hacerlo. La suya es una obra acabada. Nuestras muertes no le añaden nada. Es mucho mejor seguir el ejemplo de Pablo y vivir para predicar otro día que morir a manos de un loco o de un estado injusto.
(b) Hasta que venga el Hijo del Hombre. Jesús envió a los discípulos a las ciudades de Israel antes de morir, y los volvió a enviar después de resucitar (Hch 1,8). Sus viajes, tal como se registran en los primeros capítulos de los Hechos, no habían terminado antes de que Jesús ascendiera al cielo y entrara en su reino (véase la entrada correspondiente a Mateo 16:28).

QUE FAIRE EN CAS DE PERSÉCUTION


MATTHIEU 10:19
“Mais lorsqu’on vous remettra, ne vous inquiétez pas de savoir comment ou ce que vous devez dire ; car il vous sera donné à l’heure même ce que vous devez dire.
Ne vous inquiétez pas. Alors qu’ils attendaient dans des cellules de détention ou qu’ils étaient attachés à des poteaux de flagellation, les disciples se souvenaient des paroles de Jésus et étaient encouragés. Lorsqu’ils ont été amenés devant les autorités, le Saint-Esprit leur a dit ce qu’ils devaient dire, et leurs discours inspirés ont été enregistrés dans les Écritures pour notre édification (par exemple, Actes 4:8-13).
MATTHIEU 10:22
“Vous serez haïs de tous à cause de mon nom, mais c’est celui qui aura persévéré jusqu’à la fin qui sera sauvé.
Celui qui aura persévéré jusqu’à la fin sera sauvé. Jésus enseigne à ses disciples comment rester en vie face à la persécution.
Dans ce passage, Jésus décrit certains des troubles qui affligeront les apôtres lorsqu’ils annonceront l’Évangile. ” On vous livrera aux tribunaux et vous serez flagellés dans les synagogues ” (verset 17) ; ” à cause de mon nom, vous serez amenés devant des gouverneurs et des rois comme témoins ” (18) ; ” un frère trahira son frère jusqu’à la mort ” (verset 21). C’est un tableau sombre, mais Jésus leur montre comment survivre. “Quand on vous persécute dans une ville, fuyez dans la suivante” (verset 23).
Il y a un temps pour prendre position et un temps pour fuir. Si les hommes viennent vers vous avec des pierres et des fouets, alors il est temps de fuir. Mieux vaut vivre et combattre un autre jour que de satisfaire la soif de sang d’un fanatique.
Pour en savoir plus : “Endure jusqu’à la fin et sois sauvé”
MATTHIEU 10:23
“Chaque fois qu’on vous persécutera dans une ville, fuyez dans la suivante ; car, je vous le dis en vérité, vous n’aurez pas fini de parcourir les villes d’Israël jusqu’à ce que le Fils de l’homme vienne.
Chaque fois qu’on vous persécute dans une ville, fuyez. Jésus n’attend pas de vous que vous mouriez pour la cause. Il est mort pour que vous puissiez vivre, et parfois cela signifie fuir pour sauver votre vie.
À Lystre, Paul a été traîné hors de la ville, lapidé et laissé pour mort (Actes 14:19). Le lendemain, il a quitté la ville et s’est rendu à Derbe. Imaginez ce qui aurait pu se passer si Paul était resté à Lystre.
À Thessalonique et à Bérée, c’était la même histoire. Dès que les troubles ont commencé à se manifester, Paul est parti avant qu’ils ne deviennent incontrôlables (Actes 17). Paul est resté deux ans à Éphèse, puis est parti après une émeute (Actes 20:1). Face à une persécution mortelle, Paul s’est éloigné – il a enduré et est resté en vie.
Jésus savait que si le monde le persécutait, il nous persécuterait aussi (Jean 15:20). Mais si Jésus a dû aller à la croix et mourir, nous n’avons pas à le faire. Son œuvre est achevée. Notre mort n’y ajoute rien. Il vaut bien mieux suivre l’exemple de Paul et vivre pour prêcher un autre jour que de mourir de la main d’un fou ou d’un État injuste.
(b) Jusqu’à ce que le Fils de l’homme vienne. Avant de mourir, Jésus a envoyé les disciples dans les villes d’Israël, et il les a envoyés à nouveau après sa résurrection (Ac 1,8). Leurs voyages, tels qu’ils sont relatés dans les premiers chapitres des Actes, n’étaient pas terminés avant que Jésus ne monte au ciel et n’entre dans son royaume (voir l’entrée pour Matt. 16:28).

WHAT TO DO WHEN PERSECUTED

MATTHEW 10:19

“But when they hand you over, do not worry about how or what you are to say; for it will be given you in that hour what you are to say.

Do not worry. As they waited in holding cells or were strapped to scourging posts, the disciples remembered the words of Jesus and were encouraged. When brought before the authorities, the Holy Spirit told them what to say, and their inspired speeches were recorded in the scriptures for our edification (e.g., Acts 4:8–13).

MATTHEW 10:22

“You will be hated by all because of My name, but it is the one who has endured to the end who will be saved.

The one who has endured to the end who will be saved. Jesus is teaching his disciples how to stay alive in the face of persecution.

In this passage, Jesus describes some of the troubles that will afflict the apostles when they preach the gospel. “They will hand you over to the courts and you will be flogged in the synagogues” (verse 17); “on account of my name you will be brought before governors and kings as witnesses” (18); “brother will betray brother to death” (verse 21). It’s a bleak picture, but Jesus shows them how to survive. “When they persecute you in one city, flee to the next” (verse 23).

There’s a time to take your stand and a time to run. If men are coming at you with stones and whips, then it’s time to run. Better to live and fight another day than satisfy some zealot’s lust for blood.

Further reading: “Endure to the end and be saved

MATTHEW 10:23

“But whenever they persecute you in one city, flee to the next; for truly I say to you, you will not finish going through the cities of Israel until the Son of Man comes.

Whenever they persecute you in one city, flee. Jesus does not expect you to die for the cause. He died so that you might live, and sometimes that means running for your life.

In Lystra, Paul was dragged outside the city, stoned, and left for dead (Acts 14:19). The next day he quit the town and went to Derbe. Imagine what might’ve happened if Paul had remained in Lystra.

In Thessalonica and Berea it was the same story. As soon as trouble started brewing Paul left before it got out of hand (Acts 17). Paul stayed two years in Ephesus, then left after a riot (Acts 20:1). When faced with mortal persecution, Paul walked away – he endured and stayed alive.

Jesus knew that if the world persecuted him it would persecute us as well (John 15:20). But while Jesus had to go to the cross and die, we don’t have to. His is a finished work. Our deaths add nothing to it. Far better to follow Paul’s example and live to preach another day than die at the hand of a madman or an unjust state.

(b) Until the Son of Man comes. Jesus sent the disciples to the towns of Israel before he died, and he sent them again after he rose (Acts 1:8). Their travels, as recorded in the early chapters of Acts, had not finished before Jesus ascended to heaven and came into his kingdom (see entry for Matt. 16:28).

PERSECUTION IS NOT SUCH A BAD WORD WHEN YOU REALIZE IT IS “TO BE CHASED” BUT NOT “CAUGHT”

MATTHEW 10:23

“But whenever they persecute you in one city, flee to the next; for truly I say to you, you will not finish going through the cities of Israel until the Son of Man comes.

Whenever they persecute you in one city, flee. Jesus does not expect you to die for the cause. He died so that you might live, and sometimes that means running for your life.

In Lystra, Paul was dragged outside the city, stoned, and left for dead (Acts 14:19). The next day he quit the town and went to Derbe. Imagine what might’ve happened if Paul had remained in Lystra.

In Thessalonica and Berea it was the same story. As soon as trouble started brewing Paul left before it got out of hand (Acts 17). Paul stayed two years in Ephesus, then left after a riot (Acts 20:1). When faced with mortal persecution, Paul walked away – he endured and stayed alive.

Jesus knew that if the world persecuted him it would persecute us as well (John 15:20). But while Jesus had to go to the cross and die, we don’t have to. His is a finished work. Our deaths add nothing to it. Far better to follow Paul’s example and live to preach another day than die at the hand of a madman or an unjust state.

(b) Until the Son of Man comes. Jesus sent the disciples to the towns of Israel before he died, and he sent them again after he rose (Acts 1:8). Their travels, as recorded in the early chapters of Acts, had not finished before Jesus ascended to heaven and came into his kingdom (see entry for Matt. 16:28).

Pourquoi m’appelez-vous ” Seigneur, Seigneur ” ? (Luc 6:46)

Pourquoi m’appelez-vous ” Seigneur, Seigneur ” ? (Luc 6:46)

Posté le 16 mai 2019 par Paul Ellis // 20 commentaires

📷

” Paul, je suis un chrétien. Je suis inquiet à l’idée que Jésus puisse me rejeter, même si je l’appelle Seigneur. Est-ce que j’en fais assez pour être sauvé ? “

Faites-vous référence à cette écriture : “Pourquoi m’appelez-vous “Seigneur, Seigneur”, et ne faites-vous pas ce que je dis ?” (Luc 6:46).

“C’est celle-là. Elle me terrifie.”

Laissez-moi vous demander : de qui Jésus parle-t-il ? Qui sont les personnes qui l’appellent ‘Seigneur, Seigneur’ mais qui ne font pas ce qu’il dit ?

“Ce sont ceux qui ne lui obéissent pas.”

Qu’entendez-vous par obéir ?

“Nous devons garder les commandements de Dieu.”

Lesquels ? La Bible est pleine de commandements.

“Tous.”

Vous allez avoir un problème, car personne n’a jamais gardé tous les commandements sauf Jésus. La mauvaise nouvelle, c’est que tu ne peux pas respecter les commandements. La bonne nouvelle est que Jésus est mort pour nous libérer du joug insupportable de la loi. Nous ne sommes plus sous la loi, mais sous la grâce.

“Mais Jésus dit que celui qui entend et ne met pas en pratique est semblable à un homme qui construit sans fondement (Luc 6:49). Bien sûr, il y a quelque chose que nous devons faire”.

Et qu’est-ce que c’est ?

“Nous devons faire tout ce que Jésus a dit.”

Et vous l’avez fait ? Quand votre main vous a conduit au péché, l’avez-vous coupée ? Quand votre œil a regardé du porno, l’avez-vous arraché ?

“Eh bien, non. Mais Jésus ne voulait pas vraiment dire ça…”

Uh-huh. Alors vous choisissez ce à quoi vous obéissez. Tu gardes les commandements faciles, et tu rejettes les plus difficiles.

“Que pensez-vous que Jésus voulait dire quand il a dit que nous devions faire ce qu’il a dit ?”

Vous voulez que je vous dise quelle est la seule oeuvre que Dieu accepte ? “L’œuvre de Dieu est celle-ci : croire en celui qu’il a envoyé” (Jean 6:29). Qu’est-ce que Jésus veut que tu fasses ? Il veut que tu arrêtes de te faire confiance et que tu aies confiance en lui. Il veut que vous cessiez de vous fier à vos performances imparfaites et que vous vous reposiez sur son œuvre parfaite.

“Et la maison sur le rocher ?”

Celui qui entend parler de Jésus mais ne lui fait pas confiance n’a pas de fondation. Sa vie est construite sur du sable au lieu du rocher solide. Quand les ennuis arrivent, il tombe parce que son fondement est lui-même.

“Jésus parle donc des pécheurs.”

Il parle des gens qui l’appellent “Seigneur, Seigneur”. Il parle des gens religieux qui font de bonnes œuvres et parlent de Dieu, mais qui ne le connaissent pas vraiment.

“Dire quoi ?”

Chaque fois que Jésus a utilisé l’expression “Seigneur, seigneur”, il parlait de personnes qui ne le connaissent pas. Ils peuvent prétendre prophétiser et chasser les démons, mais Jésus les appelle des malfaiteurs. Ils peuvent être occupés à travailler pour le Seigneur, mais ce ne sont que des œuvres mortes parce qu’ils n’ont pas fait la seule chose qui compte.

“Laquelle ?”

Ils n’ont pas reçu de lui.

“Alors c’est tout ? Nous devons juste recevoir ? Ça ne peut pas être aussi simple.”

Recevoir du Seigneur est à la fois facile et difficile. C’est facile parce que tout ce que vous avez à faire est de recevoir. Vous n’avez pas à produire, à performer ou à faire vos preuves. Mais c’est aussi difficile parce que la chair est déterminée à produire, à performer et à faire ses preuves. C’est pourquoi nous sommes sans cesse exhortés à nous défaire de l’ancien et à marcher dans le nouveau.

“Je ne sais pas. Je crois que Dieu m’a mis sur cette terre pour faire de bonnes œuvres. Jésus n’a-t-il pas dit dans Jean 5 que ceux qui ont fait le bien ressusciteront au dernier jour et que ceux qui ont fait le mal seront condamnés ?”

Alors combien de bonnes œuvres pensez-vous devoir faire pour être ressuscité ?

“Hum, euh… je n’y ai jamais pensé de cette façon.”

Faire le bien, tel que Dieu le définit, c’est croire en Jésus. C’est permettre à l’amour de Dieu révélé en Jésus d’influencer tout ce que nous faisons. Lorsque vous savez que le Créateur du ciel et de la terre est pour vous et qu’il vous aime d’un amour sans limite, cela vous donne des ailes. Vous prenez des risques et réalisez de grandes choses parce que son Esprit créateur vous donne du pouvoir.

“Faites ce que je dis” n’est pas une menace. C’est une invitation à vivre en abondance. C’est l’appel divin à la vie pour laquelle vous avez été créé.

Por qué me llamáis ‘Señor, Señor’ (Lucas 6:46)

Por qué me llamáis ‘Señor, Señor’ (Lucas 6:46)

Publicado el 16 mayo, 2019 por Paul Ellis // 20 Comentarios

📷

“Paul, soy cristiano. Me preocupa que Jesús pueda rechazarme aunque lo llame Señor. Estoy haciendo lo suficiente para ser salvo?”

Te refieres a esta escritura: “¿Por qué me llamáis: Señor, Señor, y no hacéis lo que yo digo?”. (Lucas 6:46).

“Es ésa. Me aterroriza”.

Permítanme preguntarles: ¿de quién está hablando Jesús? ¿Quiénes son los que le llaman ‘Señor, Señor’ pero no hacen lo que dice?

“Son los que no le obedecen”.

¿Qué quiere decir con obedecer?

“Tenemos que cumplir los mandamientos de Dios”.

¿Cuáles? La Biblia está llena de mandamientos.

“Todos ellos.”

Bueno, vas a tener un problema porque nadie nunca guardó todos los mandamientos excepto Jesús. La mala noticia es que no puedes cumplir los mandamientos. La buena noticia es que Jesús murió para liberarnos del insoportable yugo de la ley. Ya no estamos bajo la ley, sino bajo la gracia.

“Pero Jesús dice que el que oye pero no hace es como un hombre que construye sin fundamento (Lucas 6:49). Por supuesto, hay algo que debemos hacer”.

¿Y qué es?

“Debemos hacer todo lo que Jesús dijo”.

¿Y lo has hecho? Cuando tu mano te llevó al pecado, ¿te la cortaste? Cuando tu ojo miró pornografía, ¿te lo arrancaste?

“Bueno, no. Pero Jesús no quiso decir eso…”

Ajá. Así que escoges y eliges lo que obedeces. Los mandatos fáciles los cumples, y los difíciles los descartas.

“Bueno, ¿qué crees que quiso decir Jesús cuando dijo que debemos hacer lo que dijo?”

¿Quieres que te diga cuál es la única obra que Dios acepta? “La obra de Dios es ésta: creer en el que Él ha enviado” (Juan 6:29). ¿Qué quiere Jesús que hagas? Quiere que dejes de confiar en ti mismo y confíes en Él. Quiere que dejes de confiar en tu actuación imperfecta y descanses en su obra perfecta.

“¿Y la casa sobre la roca?”

El que oye hablar de Jesús pero no confía en él no tiene cimientos. Su vida está construida sobre arena en vez de sobre la Roca sólida. Cuando vienen los problemas, cae porque su fundamento es él mismo.

“Así que Jesús está hablando de pecadores”.

Está hablando de gente que le llama “Señor, Señor”. Está hablando de personas religiosas que hacen buenas obras y hablan de Dios, pero en realidad no lo conocen.

“¿Qué dicen?”

Siempre que Jesús usaba la frase “Señor, Señor”, estaba hablando de gente que no lo conoce. Pueden afirmar que profetizan y expulsan demonios, pero Jesús los llama malhechores. Pueden estar ocupados trabajando para el Señor, pero todo son obras muertas porque no han hecho la única cosa que importa.

“¿Qué es qué?”

No han recibido de él.

“¿Así que eso es todo? ¿Sólo tenemos que recibir? No puede ser tan sencillo”.

Recibir del Señor es fácil y difícil a la vez. Es fácil porque todo lo que tienes que hacer es recibir. No tienes que producir o actuar o probarte a ti mismo. Pero también es difícil porque la carne está determinada a producir, actuar y probarse a sí misma. Por eso se nos exhorta repetidamente a despojarnos de lo viejo y caminar en lo nuevo.

“No sé. Creo que Dios me puso en esta tierra para hacer buenas obras. ¿No dijo Jesús en Juan 5 que los que han hecho el bien resucitarán en el último día y los que han hecho el mal serán condenados?”

Entonces, ¿cuántas buenas obras crees que debes hacer para ser resucitado?

“Eh… nunca lo había pensado así”.

Hacer el bien, como Dios lo define, es creer en Jesús. Es permitir que el amor de Dios revelado en Jesús influya en todo lo que hacemos. Cuando sabes que el Hacedor del cielo y de la tierra está por ti y que te ama con un amor sin límites, eso te da alas. Te arriesgas y haces grandes cosas porque su Espíritu creador te da poder.

“Haz lo que te digo” no es una amenaza. Es una invitación a vivir en abundancia. Es la llamada divina a la vida para la que fuiste hecho.

Jugés pour ce que nous avons fait


JOHN 5:28-29
Posté le 24 septembre 2015 par Paul Ellis // 33 commentaires
La grâce contre les œuvresLa bonne nouvelle du ciel déclare que tout nous vient comme un cadeau gratuit de notre Père céleste. Mais les mauvaises nouvelles de la terre disent que tu ferais mieux de travailler bébé, parce qu’il n’y a pas de repas gratuit !
Tu as le choix entre la grâce et les œuvres. Soit la faveur de Dieu est donnée, soit elle est gagnée, mais ce n’est pas les deux.
L’évangile que Jésus a révélé et que Paul a prêché proclame qu’il s’agit de la grâce du début à la fin. Comment expliquer alors ces versets qui suggèrent que vous devez travailler pour être béni ?
Jésus PaulNe vous étonnez pas de cela, car un temps vient où tous ceux qui sont dans leurs tombeaux entendront sa voix et sortiront : ceux qui auront fait le bien se lèveront pour vivre, et ceux qui auront fait le mal se lèveront pour être condamnés. Jean (5, 28-29)Dieu rendra à chacun selon ce qu’il aura fait. A ceux qui, en persistant à faire le bien, recherchent la gloire, l’honneur et l’immortalité, il donnera la vie éternelle. Mais à ceux qui recherchent leur propre intérêt, qui rejettent la vérité et suivent le mal, il réserve sa colère et son courroux. (Rom 2:6-8)
.
Si ces versets étaient les seuls de la Bible, on pourrait bâtir toute une religion sur l’importance de faire le bien ou d’être béni par les bonnes œuvres, et beaucoup l’ont fait. Un tel message fait appel à notre sens du bien et du mal, mais c’est un message maudit qui encourage la confiance en soi et le pharisaïsme.
Commençons par les paroles de Jésus qui a dit “ceux qui ont fait le bien se lèveront pour vivre”. C’est très clair. Il n’y a aucune ambiguïté. Si vous avez “fait le bien”, vous vivrez, mais que signifie “faire le bien” ? Jésus nous le dit quelques versets plus tôt :
Je vous le dis en vérité, celui qui écoute ma parole et croit en celui qui m’a envoyé a la vie éternelle et ne sera pas condamné ; il est passé de la mort à la vie. (Jean 5:24)
Faire le bien, tel que Jésus le définit, c’est entendre et croire en Jésus. Rien de plus, rien de moins.
“Cela ne peut pas être cela. C’est trop simple. Il doit y avoir une œuvre que Dieu exige de moi.”
Jésus répond : ” L’œuvre de Dieu est celle-ci : croire en celui qu’il a envoyé. ” (Jean 6:29)
Vous voulez impressionner Dieu ? Alors, sois impressionné par Jésus. Tu veux faire quelque chose de bien de ta vie ? Alors laisse tomber ton sacrifice bon marché et émerveille-toi devant son sacrifice infiniment sublime.
Être persuadé que Jésus est ce qu’il dit être, et vivre à partir de cette conviction, est la chose la plus productive que vous puissiez faire de votre vie. La semence de la parole de Dieu est féconde. Elle grandira et donnera une récolte d’elle-même. Mais nous pouvons certainement entraver ce processus par le doute et l’incrédulité. Essayer de faire en sorte que les choses arrivent est l’une des choses les plus destructrices que vous puissiez faire. Ne le faites donc pas. Travaillez pour entrer dans son repos et y rester.
Je suis absolument convaincu que les personnes les plus créatives et les plus fécondes de ce monde sont celles qui ont vu Jésus, qui ont été défaites par son amour, et qui se reposent dans l’approbation inconditionnelle de leur Père. Si c’est vous, alors vous brillerez comme les étoiles (Php 2:15).

Traduit avec http://www.DeepL.com/Translator (version gratuite)