Pardonné, réconcilié et sauvé ?

Pardonné, réconcilié et sauvé ?

Posted on mars 13, 2012 by Paul Ellis // 34 Comments

be_reconciledLe monde est vraiment un endroit étrange. Juste quand vous pensez avoir tout vu, quelque chose de nouveau vous frappe sur le côté de la tête. Quand j’étais jeune, la question théologique numéro un était celle-ci : “Sauvé une fois, sauvé toujours ?” Les gens qui posaient cette question voulaient savoir s’il est possible pour un chrétien de perdre son salut. Eh bien, si les grenouilles et les papillons peuvent redevenir des têtards et des chenilles, alors je suppose que c’est possible.

Mais maintenant, une toute nouvelle question est posée, qui est la suivante : Tout le monde est-il sauvé ? Beaucoup répondent par l’affirmative : “Jésus est le Sauveur du monde. Par conséquent, tout le monde est déjà sauvé, ils ne le savent simplement pas.” Avant que vous ne considériez cela comme une hérésie universaliste, laissez-moi ajouter que ceux qui prêchent cette forme de réconciliation historique ne croient pas que tout le monde va au ciel. C’est simplement que tout le monde y est jusqu’à ce que l’incrédulité le chasse.

Comme il s’agit d’un enseignement populaire aujourd’hui, je pense qu’il serait bon pour nous d’y regarder de plus près. Commençons par une déclaration souvent entendue : “Tous sont pardonnés, réconciliés et sauvés.”

A ces trois points, je réponds : (1) c’est vrai (nous sommes pardonnés), (2) c’est en quelque sorte vrai (Dieu a réconcilié le monde mais vous avez encore besoin d’être réconcilié), et (3) ce n’est pas vrai (tous ne sont pas sauvés).

Complètement_pardonné

Vous êtes pardonné

La raison pour laquelle le pardon est une affaire réglée et le salut non, c’est que le pardon est un jeu qui ne nécessite qu’un seul joueur. Dieu n’a pas besoin de votre permission pour vous pardonner. Dans nos esprits humains chétifs, nous avons du mal à comprendre cela car nous ne sommes pas des pardonneurs naturels. Nous gardons de longues traces du mal qui nous est fait. Mais Dieu n’est pas comme nous. Il nous aime d’un amour inconditionnel. Il nous pardonne sans tenir compte de notre comportement et selon la richesse de sa grâce (Ep 1,7). L’amour-agapè ne garde aucune trace des fautes commises, c’est pourquoi Dieu peut choisir de ne plus se souvenir de nos péchés. C’est une merveilleuse nouvelle ! Lorsque vous connaissez son pardon, vous êtes en mesure de vous pardonner et de pardonner aux autres.

Oui, nous avons encore besoin de recevoir son pardon, tout comme nous avons besoin de recevoir sa grâce. Si vous ne croyez pas que vous êtes pardonné, alors vous agirez comme un pécheur non pardonné. Mais nous n’avons pas besoin de demander à Dieu de faire ce qu’il a déjà fait. Le pardon, ainsi que tous les avantages du salut, nous sont accordés en Christ.

J’ai écrit plus sur le pardon que sur n’importe quel autre aspect de la grâce de Dieu, alors si vous avez besoin d’être convaincu que vous êtes éternellement pardonné, commencez par ce billet.

Vous êtes réconcilié ; soyez réconcilié

La réconciliation, contrairement au pardon, est un jeu à deux joueurs. Les deux parties doivent jouer. Prenons le cas d’un mari qui souhaite se réconcilier avec sa femme dont il s’est séparé. Il l’aime d’un amour inconditionnel qui ne garde aucune trace de ses fautes. Dans son esprit, il n’existe aucune blessure ou offense qui n’ait été pardonnée et oubliée. Ainsi, dans son amour, il s’est présenté à la table de la réconciliation en déclarant que tout va bien de son côté. Diriez-vous qu’ils se sont réconciliés ? Cela dépend de la femme. Si elle ne choisit pas de se réconcilier, il n’y a pas de réconciliation.

Imaginons maintenant que l’épouse soit tellement abîmée par une enfance malheureuse qu’elle projette injustement sa détresse sur lui. Même s’il est un parfait gentleman et irréprochable, dans son esprit, son mari est un homme violent et en colère. C’est ainsi que l’humanité déchue entre en relation avec notre Père aimant qui est aux cieux. Bien que Dieu ait été d’une bonté sans faille à notre égard, dans notre état déchu, nous pensons le pire de lui. Nous l’imaginons en colère et violent.

Aussi longtemps que nous sommes séparés de la vie et de l’amour de Dieu par nos offenses imaginaires, sommes-nous réconciliés ? Bien sûr que non. Si l’homme de notre histoire se promenait en disant aux autres que sa femme et lui étaient réconciliés – même si elle continuait à vivre avec un autre homme – ils penseraient qu’il est fou. Pourtant, c’est exactement le message que beaucoup prêchent.

Le monde a-t-il été réconcilié avec Dieu ? La réponse de Paul est “Oui et non”. Du côté de Dieu, la réconciliation est un événement historique. “Tout cela vient de Dieu, qui nous a réconciliés avec lui par le Christ…” (2 Co 5, 18). Dieu est venu à nous à bras ouverts. Il ne retient rien contre nous – ni nos péchés, ni notre passé, ni rien. ” Alors que nous étions encore pécheurs, le Christ est mort pour nous ” (Rm 5,8). Gloire à Dieu !

Cependant, il n’y a pas de réconciliation dans les faits si nous ne répondons pas à ses ouvertures. D’où l’exhortation de Paul : “Nous vous en supplions au nom du Christ : Soyez réconciliés avec Dieu” (2 Co 5, 20). Dieu aime tellement le monde qu’il est venu et est mort pour nous. Son cœur se languit de ceux qui sont perdus et brisés. Il ne veut pas d’une réconciliation historique qui n’est pas vraie aujourd’hui. Il veut ses enfants !

Ceux qui prêchent la réconciliation historique soutiennent que l’éloignement de l’homme déchu est basé sur un mensonge. Les hommes craignent Dieu inutilement et je suis d’accord. Dieu n’est pas en colère contre nous. Il nous aime vraiment. Et il n’y a certainement rien de mal à prêcher que Dieu nous a réconciliés avec Lui par le Christ, puisque c’est ce que Paul a prêché. Mais avec la même passion, nous devons aussi prêcher l’autre côté, comme Paul l’a fait : Nous vous en supplions – soyez réconciliés avec Dieu.

Êtes-vous sauvé ?

J’ai entendu certains affirmer que le monde entier est sauvé, comme si cette déclaration allait amener les non sauvés à revenir à la raison et à se comporter en sauvés. Jusqu’à présent, je n’ai pas vu cela se produire. Le Père a aimé le prodigue à tous les moments de l’histoire, mais il n’a jamais poursuivi son fils dans la ville en lui disant “Tu es à moi ! Reviens à la maison.” S’il l’avait fait, ses cris seraient tombés dans l’oreille d’un sourd. Le fils a été le fils pendant toute l’histoire, mais séparé de son père, il était un fils perdu. Il n’a été “sauvé” que lorsqu’il s’est retourné et s’est retrouvé dans les bras de son père.

Alors, le monde entier est-il sauvé ou non ? Si la réponse est oui, alors pourquoi y a-t-il tant d’écritures indiquant que Dieu veut que nous soyons sauvés (1 Tim 2:4) et qu’il commande maintenant aux gens du monde entier de se repentir (Actes 17:30) et de croire au nom de son Fils (1 Joh 3:23) pour être sauvés (Mc 16:16), etc. D’après mes calculs, il existe plus de deux douzaines d’écritures exhortant spécifiquement les gens à être sauvés et littéralement des centaines d’autres les exhortant à se repentir, à croire, à recevoir, à avoir la foi, à faire confiance à Dieu, etc.

Pour autant que je sache, il n’y a pas un seul verset de la Bible qui affirme catégoriquement que toute l’humanité a été sauvée à la croix. Certes, Jésus a pourvu à notre salut – Son œuvre est achevée. Il est certain que la volonté du Père est que tous soient sauvés et qu’aucun ne périsse. Mais sa volonté n’est pas la seule dans l’équation. Il faut deux personnes pour établir une relation et c’est pourquoi les auteurs du Nouveau Testament répètent que tous ne sont pas sauvés. Je n’ai pas le temps d’approfondir le sujet ici, mais si vous êtes intéressé ou si vous vous interrogez sur un passage particulier, je vous encourage à consulter mes notes d’étude faciles à lire.

Et alors ?

Est-ce vraiment important de dire aux non-croyants qu’ils ont été réconciliés et sauvés il y a 2000 ans ? C’est certainement important ! J’ai entendu ceux qui prêchent la réconciliation historique dire : “Jésus a établi une relation avec chacun d’entre nous.” Ce n’est tout simplement pas vrai. Bien qu’il le désire sûrement, Jésus n’a aucune relation avec ceux qui sont “obscurcis dans leur intelligence et séparés de la vie de Dieu” (Eph 4:18). La lumière des hommes est venue dans le monde, mais certains hommes préfèrent les ténèbres.

Si Jésus avait une relation avec tout le monde, pourquoi Paul nous exhorte-t-il à prêcher le message de la réconciliation ? Pourquoi Jean proclamerait-il “ce que nous avons vu et entendu, afin que vous soyez en communion avec nous, le Père et le Fils” ? Quel genre de mari représentons-nous lorsque nous disons aux pécheurs que Jésus les a épousés à leur insu ou sans leur permission ?

Dites à un pécheur qu’il est sauvé et déjà en relation avec Jésus et il vous regardera de travers. En ce qui les concerne, Jésus ne fait pas partie de leur vie. Ne leur dites donc pas qu’il l’est. Dites-leur plutôt que l’Amant de leur âme se tient devant leur porte avec un gros bouquet de fleurs, qu’il frappe et attend d’être invité. Ils peuvent hésiter en croyant que Dieu est en colère contre eux ou qu’il veut qu’ils mettent de l’ordre dans leur vie avant de rentrer à la maison, mais ce n’est pas vrai ! Leur Père céleste se languit d’eux avec un amour inconditionnel et un pardon éternel dans son cœur. Il nous a déjà montré son amour par la croix et d’innombrables autres moyens. Il attend maintenant de voir comment nous allons réagir.

Allons-nous rester dans la porcherie ? Viendrons-nous à Lui pour chercher un emploi ? Ou allons-nous nous perdre pour nous retrouver dans sa merveilleuse étreinte ?

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s