Qu’a vu le Grand Prêtre ?

Qu’a vu le Grand Prêtre ?
Matthieu 26:64
Posté le 18 février 2017 par Paul Ellis // 20 commentaires

sanhédrin
La nuit où il a été trahi, une confrontation dramatique a eu lieu entre Jésus et le sanhédrin. Imaginez la scène : Caïphe, le grand prêtre, est à la pêche aux preuves qu’ils peuvent utiliser contre le Seigneur. De nombreux faux témoins se présentent, mais leurs mensonges sont transparents et inutiles.

Finalement, quelqu’un dit : “J’ai entendu cet homme dire qu’il pouvait détruire le temple et le reconstruire en trois jours.” Caïphe se frotte les mains par anticipation.

“C’est une affirmation sérieuse, Jésus. Que réponds-tu ?”

Jésus ne dit rien.

Caïphe en a assez. Il sait qu’ils ne peuvent pas faire tenir leurs accusations. En désespoir de cause, il agite le doigt vers Jésus et dit : “Je t’ordonne de nous dire si tu es le Fils de Dieu.” Jésus brise enfin son silence :

” Vous l’avez dit “, répond Jésus. “Mais je vous dis à tous : Désormais, vous verrez le Fils de l’homme assis à la droite du Puissant et venant sur les nuées du ciel. ” (Matthieu 26:64, NIV)

Et ce qui se passe ensuite ne peut être décrit que comme un dysfonctionnement de la garde-robe auto-infligé. Caïphe déchire sa robe, crie “Blasphème ! Blasphème ! ” et Jésus est comme mort.

“Vous verrez”, dit Jésus. Mais qu’a vu exactement Caïphe et quand l’a-t-il vu ? Et pourquoi était-il si furieux de l’apprendre ?

Réponse n° 1 : un retour
“Jésus faisait référence à la seconde venue”, dit le futuriste. “Le jour du jugement dernier, lorsque le Fils de l’homme reviendra en puissance, des hommes comme Caïphe regarderont en arrière avec regret. Ce jour-là, les bien-pensants diront : “Quels idiots nous étions d’écarter Jésus !”

Cette interprétation n’est pas mauvaise, car elle rend compte de la situation dans laquelle se trouvent Caïphe et le Sanhédrin. Mais c’est une interprétation imparfaite car Jésus dit qu’ils le verront assis, et non pas venir. Et ils le verront “à partir de maintenant”, et non dans un avenir lointain.

Réponse n° 2 : un jugement
“Jésus faisait référence à la destruction de Jérusalem”, dit le prétériste. “Après avoir menacé les pharisiens en Matthieu 23 et prophétisé la destruction du temple en Matthieu 24, il pointe vers l’an 70 de notre ère où la vengeance divine sera dispensée par les mains des Romains.”

Cette interprétation présente de nombreux problèmes, dont le moindre n’est pas qu’elle contredit l’Évangile, qu’elle confond la vengeance humaine avec la vengeance divine et qu’elle dépeint Dieu comme incohérent sur le plan de l’alliance.

Dans la prophétie, Jésus est assis à la droite de Dieu ; il ne vient pas en jugement. L’expression “venir sur les nuages” est une référence de l’Ancien Testament à l’ascension. Cela n’a donc rien à voir avec un jugement imminent ou futur.

Mais le plus gros problème avec l’interprétation de 70 ans après J.-C. est que Caïphe et les vieux du Sanhédrin seront morts depuis longtemps avant que cela ne se produise. Ils ne seront pas là pour le voir, alors que Jésus a dit qu’ils le verraient. “Vous verrez.” Alors à quoi Jésus faisait-il référence ?

Réponse n° 3 : un roi
Jésus parlait de son couronnement imminent.

Jésus a dit au Sanhédrin qu’il était le Fils de Dieu. Ils ont ri avec mépris, mais Jésus a dit : “Vous verrez.” Cette prophétie s’est réalisée presque immédiatement. Considérez ce qu’ils ont vu le jour suivant, qui était le jour de la mort du Christ.

Ils ont vu les ténèbres couvrir la terre, et le voile du temple se déchirer de haut en bas. Ils ont vécu un tremblement de terre qui fendait la roche et des tombeaux qui s’ouvraient (Matthieu 27:45, 51). Moins de 24 heures après que le Christ ait dit “vous verrez”, ils ont assisté à une démonstration massive de puissance surnaturelle.

Et ce n’était que le début.

Le troisième matin, il y eut un autre tremblement de terre. La pierre qui gardait le tombeau a été roulée par un ange, et les soldats romains coriaces ont fléchi de peur (Matthieu 28:2-4).

Les nouvelles qui parvenaient au Sanhédrin devaient être difficiles à gérer. Non seulement des saints morts erraient dans les rues de Jérusalem (Matthieu 27:52), mais Jésus lui-même avait été vu en divers endroits.

Que se passait-il ? Jésus était-il ressuscité des morts ? Était-ce le signe promis par Jonas (Matthieu 12.39-40) ?

Quelques semaines plus tard, ils entendirent le tumulte de la Pentecôte. Des pêcheurs illettrés annonçaient les merveilles de Dieu dans une multitude de langues (Actes 2:8). Comment cela était-il possible ? L’un des pêcheurs a même déclaré que Jésus était assis à la droite de Dieu (Actes 2:34).

Était-ce vrai, se demandaient-ils ? Les paroles de Jésus s’étaient-elles réalisées ?

Puis un homme handicapé fut guéri sur le pas de leur porte. Le Sanhédrin a convoqué les hommes qui l’avaient fait et s’est rendu compte que Pierre et Jean ” avaient été avec Jésus ” (Actes 4, 13).

Vous vous souvenez de Jésus, celui que nous avons crucifié le mois dernier.

Vous verrez
Ils ont essayé de tuer cette chose dans l’œuf – ce mouvement, cette lame de fond, ce sentiment tenace qu’ils avaient eu tort – mais Jésus ne voulait pas rester mort.

On leur a amené un de ses disciples qui a dit : ” Je vois le ciel ouvert et le Fils de l’homme debout à la droite de Dieu ” (Actes 7, 56).

La miséricorde ! Ce sont les mêmes mots que Jésus avait prononcés dans l’intimité de leur tribunal. Comment Etienne pouvait-il savoir cela ?

What did the High Priest See?

What did the High Priest See?

MATTHEW 26:64

Posted on February 18, 2017 by Paul Ellis // 20 Comments

sanhedrin

On the night he was betrayed, there was a dramatic confrontation between Jesus and the Sanhedrin. Picture the scene: Caiaphas, the high priest is fishing for evidence they can use against the Lord. Many false witnesses come forward but their lies are transparent and useless.

Finally someone says, “I heard this man say he could destroy the temple and rebuild it in three days.” Caiaphas rubs his hands in anticipation.

“This is a serious claim, Jesus. How do you respond?”

Jesus says nothing.

Caiaphas is fed up. He knows they can’t make their charges stick. In desperation he wags his finger at Jesus and says, “I command you to tell us if you are the Son of God.” Jesus finally breaks his silence:

“You have said so,” Jesus replied. “But I say to all of you: From now on you will see the Son of Man sitting at the right hand of the Mighty One and coming on the clouds of heaven.” (Matthew 26:64, NIV)

And what happens next can only be described as a self-inflicted wardrobe malfunction. Caiaphas rips his robes, yells “Blasphemy! Blasphemy!” and Jesus is as good as dead.

“You will see,” said Jesus. But what exactly did Caiaphas see and when did he see it? And why was he so mad to hear about it?

ANSWER #1: A RETURN

“Jesus was referring to the Second Coming,” says the futurist. “On Judgment Day, when the Son of Man returns in power, men like Caiaphas will look back with regret. On that day the self-righteous will say, ‘What fools we were to dismiss Jesus.’”

This isn’t a bad interpretation for it captures the situation facing Caiaphas and the Sanhedrin. But it’s an imperfect one for Jesus says they will see him sitting, not coming. And they will see it “from now on,” not in the distant future.

ANSWER #2: A JUDGMENT

“Jesus was referring to the destruction of Jerusalem,” says the preterist. “Having threatened the Pharisees in Matthew 23 and prophesied the destruction of the temple in Matthew 24, he’s pointing ahead to AD70 when divine vengeance will be dispensed at the hands of the Romans.”

There are numerous problems with this interpretation not the least of which is that it contradicts the gospel, it confuses human vengeance with divine vengeance, and it portrays God as covenantally inconsistent.

In the prophecy Jesus is sitting at the right hand of God; he’s not coming in judgment. The phrase “coming on the clouds” is an Old Testament reference to the ascension. So this has nothing to do with either an imminent or future judgment.

But the biggest problem with the AD70 interpretation is that Caiaphas and the old men of the Sanhedrin will be long dead before it happens. They won’t be around to see it, yet Jesus said they would. “You will see.” So what was Jesus referring to?

ANSWER #3: A KING

Jesus was talking about his imminent coronation.

Jesus told the Sanhedrin that he was the Son of God. They laughed in scorn, but Jesus said, “You will see.” This prophecy came to pass almost immediately. Consider what they saw the following day, which was the day of Christ’s death.

They saw darkness covering the land, and the temple veil torn from top to bottom. They experienced a rock-splitting earthquake and tombs breaking open (Matthew 27:45, 51). Within 24 hours of Christ saying “you will see,” they witnessed a massive demonstration of supernatural power.

And that was only the beginning.

On the third morning, there was another earthquake. The stone guarding the tomb was rolled away by an angel, and tough Roman soldiers wilted with fear (Matthew 28:2–4).

The news feeding into the Sanhedrin would have been tough to deal with. Not only were dead saints wandering the streets of Jerusalem (Matthew 27:52), but Jesus himself had been seen in various places.

What was going on? Had Jesus risen from the dead? Was this the promised sign of Jonah (Matthew 12:39–40)?

A few weeks later they heard the uproar of Pentecost. Illiterate fishermen were declaring God’s wonders in a variety of languages (Acts 2:8). How was this possible? One of the fishermen even said Jesus was sitting at the right hand of God (Acts 2:34).

Was it true, they wondered? Had Jesus’ words come to pass?

Then a disabled man was healed on their doorstep. The Sanhedrin summoned the men who did it and realized that Peter and John “had been with Jesus” (Acts 4:13).

You remember Jesus, the guy we crucified last month.

YOU WILL SEE

They tried to nip this thing in the bud – this movement, this groundswell, this gnawing sense that they had been wrong – but Jesus wouldn’t stay dead.

One of his followers was brought to them and he said, “I see heaven open and the Son of Man standing at the right hand of God” (Acts 7:56).

Mercy! These were the same words Jesus had uttered in the privacy of their court. How could Stephen know this?

Then one of their own, a Pharisee of Pharisees called Saul, encountered the Lord and turned into a completely different person. He wrote letters about Jesus sitting at the right hand of God (Ephesians 1:20, Colossians 3:1, Hebrews 1:13).

The prophecy had been fulfilled. Everything Jesus said had come true.

“You will see,” said Jesus, and they did see – numerous tokens of Christ’s victory; piles of proof

Éphésiens 4:4-5

Éphésiens 4:4-5
Il y a un seul corps et un seul Esprit, comme aussi vous avez été appelés dans une seule espérance de votre vocation ; un seul Seigneur, une seule foi, un seul baptême,

(a) Un seul corps. Le corps du Christ est l’Eglise, dont le Christ est la tête (Eph. 5:23). “Nous qui sommes plusieurs, nous formons un seul corps dans le Christ” (Rom. 12:5).

(b) L’Esprit unique est le Saint-Esprit, alias l’Esprit du Christ (Rom. 8:9) et l’Esprit de grâce (Héb. 10:29). “Car c’est par un seul Esprit que nous avons tous été baptisés pour former un seul corps” (1 Cor. 12:13).

(c) Un seul Seigneur. Jésus-Christ est le Seigneur des seigneurs (1 Tim. 6:15).

Lorsque Jésus marchait sur la terre, il était connu comme Jésus de Nazareth ou le Fils de l’homme. Mais après son ascension au ciel, il a reçu un nouveau nom au-dessus de tout nom, et ce nom est Seigneur (Php. 2:9-11). Le jour de la Pentecôte, Pierre s’est levé et a prêché le nouveau nom du Seigneur. “Dieu l’a fait à la fois Seigneur et Christ” (Ac 2, 36). Vers la fin du premier siècle, une pression croissante s’exerce pour que l’on désigne l’empereur romain comme un seigneur. Mais en Asie, les saints ont refusé d’appeler qui que ce soit Seigneur sauf Jésus (voir l’entrée pour Apocalypse 3, 8).

(d) Une seule foi. Le corps du Christ est caractérisé par la foi ou la croyance ou la persuasion que Jésus est Seigneur. La foi n’est pas un simple assentiment intellectuel ; c’est vivre de la révélation que Jésus est réellement Seigneur avec tout ce que cela implique.

(e) Un seul baptême. Plusieurs types de baptême sont mentionnés dans l’Écriture, notamment : Le baptême de repentance de Jean (Actes 19:3-4), le baptême d’eau fait au nom de Jésus (Actes 10:48, 19:5), le baptême du Saint-Esprit (Actes 11:16), le baptême de souffrance de Jésus (Matt. 20:22), et le baptême pour les morts (1 Cor. 15:29). Puisqu’il y a différents baptêmes, pourquoi Paul dit-il qu’il n’y en a qu’un seul ? Il fait référence au baptême que reçoit chaque croyant lorsqu’il est placé dans le corps du Christ par le Saint-Esprit (1 Cor. 12:12-13).

Au moment où vous êtes venu à Jésus, vous avez été baptisé ou placé en lui par l’Esprit. Être baptisé signifie être plongé ou immergé. Pour utiliser un mot obscur, il s’agit d’être embaumé. Baptiser quelque chose, c’est l’enterrer dans la terre ou l’enfoncer dans l’eau. C’est ce qui se produit lorsqu’un navire sombre dans une tempête ou qu’un skieur est frappé par une avalanche. Être baptisé ou emporté est un événement dramatique et catastrophique et cela vous est arrivé (Rom. 6:3).

Votre ancien moi avait des problèmes que vous ne pouviez pas résoudre. La solution du Saint-Esprit a été de baptiser ou d’enterrer votre vieille nature dans le sol avec Jésus. C’est ce que signifie être baptisé dans sa mort. Mais le Saint-Esprit ne vous a pas laissé en terre. Tout comme il a ressuscité Jésus, il vous a ressuscité (Rom. 6:6-7). Grâce à ce seul baptême, tu es maintenant libéré du péché et libre de vivre en Christ.

Lecture complémentaire : “Quel est le baptême qui sauve ?”

Éphésiens 4:6
un seul Dieu et Père de tous, qui est au-dessus de tous, par tous et en tous.

Voir l’entrée pour Eph. 3:14.

Éphésiens 4:7
Mais à chacun de nous, la grâce a été donnée selon la mesure du don du Christ.

La grâce a été donnée. La grâce de Dieu est un don (Eph.3:7). Vous ne pouvez pas la gagner par vos bonnes œuvres et votre excellence morale (Rom. 11:6, Gal. 2:21). Vous ne pouvez la recevoir que par la foi (Gal. 5:4).

Éphésiens 4:22
que, en ce qui concerne votre ancienne manière de vivre, vous mettiez de côté le vieux moi, qui se corrompt selon les convoitises de la tromperie,

Déposez le vieux moi. Notre vieux moi a été crucifié avec le Christ (Rom. 6:6), alors pourquoi sommes-nous exhortés à mettre de côté le vieux moi (Col. 3:9) ? Parce que de nombreux chrétiens, ignorant qu’ils sont morts avec le Christ, essaient de réformer leur ancien moi. C’est une cause perdue. Notre chair ne peut pas être améliorée. Ce dont nous avons besoin et ce que le Christ nous offre, c’est une toute nouvelle vie, sa vie. Voir l’entrée pour la nouvelle vie.

La vie surnaturelle et abondante que nous sommes appelés à vivre ne peut être reçue que par la foi et expérimentée en marchant dans l’esprit. C’est pourquoi les auteurs du Nouveau Testament nous exhortent à nous défaire des vieilles habitudes de la chair et à revêtir les nouvelles habitudes de l’esprit (Ep 4, 22-24). Nous ne nous dépouillons pas et ne nous revêtons pas pour devenir spirituels ; nous le faisons parce que nous sommes spirituels. Toute personne qui naît de nouveau est née de l’esprit (Jean 3:7-8). Puisque nous sommes déjà dans l’esprit, marchons selon l’esprit (Gal 5:25).

Éphésiens 4:23
et que vous soyez renouvelés dans l’esprit de votre intelligence,

Soyez renouvelés dans l’esprit de votre intelligence. Changez votre façon de penser.

Le jour où vous êtes né de nouveau, beaucoup de choses ont changé, mais votre façon de penser n’a probablement pas changé. Si vous aimiez le chocolat et conduisiez imprudemment avant d’être sauvé, alors vous aimiez probablement le chocolat et conduisiez imprudemment après avoir été sauvé. C’est pourquoi les Écritures nous exhortent à nous défaire de l’ancien et à revêtir le nouveau, à être renouvelés dans l’esprit de nos pensées.

Ce que vous faites suit ce que vous pensez et ce que vous pensez suit ce que vous croyez. Renouvelez votre pensée afin que vos pensées s’alignent sur ce que Dieu dit de vous.

Éphésiens 4:24
et revêtez-vous du moi nouveau, qui, à la ressemblance de Dieu, a été créé dans la justice et la sainteté de la vérité.

(a) Revêtez-vous du nouveau moi. Vous êtes juste et saint, alors agissez comme tel. Voyez vous comme Dieu vous voit. Soyez ce que vous êtes vraiment.

Revêtir l’homme nouveau, c’est être renouvelé dans l’esprit de votre intelligence (voir le verset précédent). C’est choisir de marcher selon la nouvelle voie de l’esprit au lieu des anciennes voies de la chair. Nous n’abandonnons pas et ne revêtons pas pour devenir spirituels ; nous le faisons parce que nous sommes spirituels. Toute personne qui naît de nouveau est née de l’esprit (Jean 3:7-8). Puisque nous sommes déjà dans l’esprit, marchons selon l’esprit (Gal 5:25).

(b) Créés dans la justice. Vous avez été transformé en une toute nouvelle personne, aussi juste et sainte que Jésus.

Jésus a été fait péché à notre place, afin que nous devenions en lui la justice de Dieu (2 Cor. 5:21). Jésus n’a pas été fait péché parce qu’il était pécheur et vous n’avez pas été rendu juste parce que vous avez agi avec droiture. C’est Dieu qui a tout fait. Au moment où vous avez mis votre foi en Jésus, vous avez été estampillé juste pour toute l’éternité. À un moment donné, tu étais injuste, mais tu as été lavé, sanctifié et déclaré juste au nom du Seigneur (1 Cor. 6:9-11).

Qu’est-ce que cela signifie d’être juste ? Cela signifie que vous avez subi une rénovation complète, un renouvellement par le Saint-Esprit, une reconstruction totale. Vous avez été redressé. Vous n’êtes plus la personne tordue que vous étiez. Alors qu’en Adam, vous aviez des inclinations qui vous conduisaient vers le péché, quels que soient vos efforts pour l’éviter, en Christ, vous êtes enclin à marcher droit et vrai. Votre désir est de plaire au Seigneur. Ce n’est pas que vous soyez incapable de pécher. C’est simplement que le péché ne vous attire plus. Lorsque vous péchez, cela vous dérange – “Je voudrais ne pas avoir fait cela” – ce qui prouve que ce type de comportement est contraire à votre nouvelle nature.

Voir l’entrée pour la Justice.

Traduit avec http://www.DeepL.com/Translator (version gratuite)

Traduit avec http://www.DeepL.com/Translator (version gratuite)

Ephesians 4:4-5

Ephesians 4:4-5

There is one body and one Spirit, just as also you were called in one hope of your calling; one Lord, one faith, one baptism,

(a) One body. The body of Christ is the Church, of which Christ is the head (Eph. 5:23). “We who are many are one body in Christ” (Rom. 12:5).

(b) The one Spirit is the Holy Spirit a.k.a. the Spirit of Christ (Rom. 8:9) and the Spirit of Grace (Heb. 10:29). “For by one Spirit we were all baptized into one body” (1 Cor. 12:13).

(c) One Lord. Jesus Christ is the Lord of lords (1 Tim. 6:15).

When Jesus walked the earth he was known as Jesus of Nazareth or the Son of Man. But after he ascended to heaven he was given a new name above every name, and that name is Lord (Php. 2:9–11). On the Day of Pentecost, Peter stood up and preached the new name of the Lord. “God has made him both Lord and Christ” (Acts 2: 36). Towards the end of the first century, there was growing pressure to refer to the Roman emperor as lord. But in Asia, the saints refused to call anyone Lord but Jesus (see entry for Rev. 3:8).

(d) One faith. The body of Christ is characterized by the faith or belief or persuasion that Jesus is Lord. Faith is not merely intellectual assent; it is living from the revelation that Jesus really is Lord with all that implies.

(e) One baptism. Several types of baptism are mentioned in scripture including: John’s baptism of repentance (Acts 19:3–4), water baptism done in Jesus’ name (Acts 10:4819:5), Holy Spirit baptism (Act 11:16), Jesus’ baptism of suffering (Matt. 20:22), and baptism for the dead (1 Cor. 15:29). Since there are different baptisms, why does Paul say there is only one? He is referring to the baptism that happens to every believer when they are put into the body of Christ by the Holy Spirit (1 Cor. 12:12–13).

The moment you came to Jesus, you were baptized or placed in him by the Spirit. To be baptized means to be dipped or immersed. To use an obscure word, it is to be whelmed. To whelm something is to bury it in dirt or sink it in water. It is what happens when a ship goes down in a storm or a skier is hit with an avalanche. To be baptized or whelmed is a dramatic and catastrophic event and it happened to you (Rom. 6:3).

Your old self had issues that you could never resolve. The Holy Spirit’s solution was to whelm or bury your old nature in the ground with Jesus. This is what it means to be baptized into his death. But the Holy Spirit didn’t leave you in the ground. Just as he raised Jesus, he raised you (Rom. 6:6–7). Because of that one baptism you are now free from sin and free to live in Christ.

Further reading: “What is the baptism that saves?


Ephesians 4:6

one God and Father of all who is over all and through all and in all.

See entry for Eph. 3:14.


Ephesians 4:7

But to each one of us grace was given according to the measure of Christ’s gift.

Grace was given. The grace of God is a gift (Eph.3:7). You cannot earn it through your good works and moral excellence (Rom. 11:6Gal. 2:21). You can only receive it through faith (Gal. 5:4).


Ephesians 4:22

that, in reference to your former manner of life, you lay aside the old self, which is being corrupted in accordance with the lusts of deceit,

Lay aside the old self. Our old self was crucified with Christ (Rom. 6:6), so why are we exhorted to lay the old self aside (Col. 3:9)? Because many Christians, unaware that they died with Christ, are trying to reform their old selves. It’s a lost cause. Our flesh cannot be improved. What we need and what Christ offers is a brand new life; his life. See entry for New Life.

The supernatural and abundant life that we’re called to live can only be received by faith and experienced by walking in the spirit. This is why the New Testament writers admonish us to put off the old ways of the flesh and put on the new ways of the spirit (Eph 4:22-24). We don’t put off and put on to become spiritual; we do this because we are spiritual. Everyone who is born again is born of the spirit (John 3:7-8). Since we are already in the spirit, let us walk after the spirit (Gal 5:25).


Ephesians 4:23

and that you be renewed in the spirit of your mind,

Be renewed in the spirit of your mind. Change the way you think.

On the day you were born again, a lot of things changed, but your way of thinking probably did not change. If you liked chocolate and drove recklessly before you were saved, then you probably liked chocolate and drove recklessly after you were saved. This is why the scriptures exhort us to put off the old and put on the new and be renewed in the spirit of our minds.

What you do follows what you think and what you think follows what you believe. Renew your thinking so that your thoughts align with what God says about you.


Ephesians 4:24

and put on the new self, which in the likeness of God has been created in righteousness and holiness of the truth.

(a) Put on the new self. You are righteous and holy, so act like it. See yourself as God sees you. Be who you truly are.

To put on the new man is to be renewed in the spirit of your mind (see previous verse). It is choosing to walk in the new way of the spirit instead of the old ways of the flesh. We don’t put off and put on to become spiritual; we do this because we are spiritual. Everyone who is born again is born of the spirit (John 3:7-8). Since we are already in the spirit, let us walk after the spirit (Gal 5:25).

(b) Created in righteousness. You have been made into a brand new person, as righteous and holy as Jesus.

Jesus was made to be sin on our behalf, so that we might become the righteousness of God in him (2 Cor. 5:21). Jesus was not made sin because he was a sinner and you were not made righteous because you acted righteously. God did it all. The moment you put your faith in Jesus, you were stamped righteous for all eternity. At one time you were unrighteous, but you were washed, you were sanctified, and you were declared righteous in the name of the Lord (1 Cor. 6:9–11).

What does it mean to be righteous? It means you have had a complete renovation, a Holy Spirit renewal, an entire rebuild. You have been straightened out. You are no longer the crooked person you used to be. While in Adam you had inclinations that led you towards sin no matter how hard you tried to avoid it, in Christ you are inclined to walk straight and true. Your desire is to please the Lord. It’s not that you are incapable of sinning. It’s just that sinning no longer appeals. When you sin it bothers you—“I wish I hadn’t done that”—testifying that this sort of behavior is contrary to your new nature.

See entry for Righteousness.