Dieu ne fait pas de demi-jobs : Pourquoi le pardon partiel est complètement bidon

Posted on avril 9, 2010 by Paul Ellis // 71 Comments

c’est fini

Il y a un enseignement qui circule et qui dit que Dieu ne nous a pardonné qu’à moitié. Si cela semble farfelu, c’est parce que ça l’est. Mais le pardon partiel est ce que vous avez si vous pensez qu’il y a des choses que nous devons faire pour rester pardonnés. Bien sûr, Jésus nous a pardonné à la croix, mais pour rester pardonné, nous devons pardonner aux autres, continuer à confesser nos péchés ou faire d’autres choses. L’implication est que si nous ne faisons pas ces choses, nous sortons de la miséricorde et du pardon de Dieu.

Trois arguments sont généralement avancés à l’appui de cet enseignement :

(1) Jésus a dit : “Si vous pardonnez aux autres, votre Père céleste vous pardonnera aussi” (Mt 6:14), le pardon est donc conditionné par ce que nous faisons.

(2) Pierre parle du pardon de nos “péchés passés” (2 P 1,9), ce qui implique que nos péchés présents et futurs doivent encore être traités.

(3) Jean semble dire que Jésus ne nous purifiera de nos péchés que si nous les confessons (1 Jn 1:9) – donc si nous ne confessons pas, nous ne sommes pas pardonnés.

Examinons chaque argument à tour de rôle.

(1) Jésus a dit que le pardon était conditionnel

Au cours du Sermon sur la Montagne, Jésus a enseigné le Notre Père et a terminé en soulignant la nécessité de pardonner aux autres si nous voulons être pardonnés nous-mêmes. Le Sermon sur la montagne est l’exposé le plus éloquent de la loi de l’ancienne alliance jamais prêché. Jésus l’a prêché avant la croix à des personnes qui vivaient sous la loi.

Pourquoi Jésus prêchait-il la loi ? Parce que les pharisiens avaient édulcoré la loi, diluant ainsi son pouvoir de faire taire la bouche des hommes imbus d’eux-mêmes. La loi était destinée à briser notre orgueil et à révéler notre besoin d’un Sauveur (Gal 3:24). Si vous pensez que la loi est facile et faisable, vous n’aurez pas une véritable appréciation de votre état de pécheur et vous ne verrez pas votre besoin de Jésus.

Dans le Sermon sur la montagne, Jésus a annoncé qu’il était venu pour accomplir la loi. Il a ensuite commencé à prêcher sur la norme immaculée de la sainte loi de Dieu. Cette norme est parfaitement résumée dans son appel à “être parfaits comme votre Père céleste est parfait” (Mt 5,48).

Comment vous sentiriez-vous si le prédicateur du dimanche vous disait : “Vous devez être parfaits” ? Comment vous sentiriez-vous s’il disait : “Si votre justice ne dépasse pas celle des pharisiens, vous n’entrerez pas dans le royaume des cieux” (Mt 5,20) ? Si votre réaction est : “Je suis en difficulté, j’ai besoin d’aide”, alors vous êtes plus proche de la liberté que n’importe quel pharisien d’alors ou que n’importe quelle personne religieuse d’aujourd’hui.

La loi est sainte, juste et bonne, mais elle n’a pas le pouvoir de vous rendre saint, juste et bon. Lorsque Jésus a dit que vous serez pardonné en proportion du pardon que vous accordez aux autres, il prêchait la loi pure et simple. Ce qu’Il a dit est juste, c’est bon, et cela vous condamne.

La vérité est que la mesure du pardon dont nous avons besoin de la part de Dieu est infiniment plus grande que tout pardon que nous pourrions montrer aux autres. Heureusement, Jésus a satisfait aux exigences de la loi en notre nom lorsqu’il est allé sur la croix. Dans l’acte même de payer pour le péché du monde, il nous a pardonné notre péché ! C’est époustouflant. La condition même du pardon que Jésus prêchait sur la montagne, il l’a remplie lui-même sur la croix. Ce n’est qu’en Christ que nous recevons le pardon du Père.

(2) Pierre laisse entendre que seuls nos péchés passés sont pardonnés.

Lorsque Jésus est mort sur la croix, il ne s’est pas écrié : “c’est à moitié terminé”. Non, Dieu ne fait pas de travail à moitié. Tout ce qui devait être fait pour satisfaire les exigences de la justice a été fait par Jésus. Son sacrifice était la solution unique et définitive pour notre péché (Hébreux 9:26).

C’est une vérité simple, mais beaucoup de gens ne la comprennent pas.

Pierre écrit que la principale raison pour laquelle certains chrétiens n’arrivent pas à maturité est qu’ils ont oublié qu’ils ont été purifiés de leurs péchés passés (2 Pi 1,9). Leur connaissance de Jésus et de ce qu’il a accompli est si limitée qu’ils sont “inefficaces et improductifs”. Ils vivent des vies sans puissance.

Nous avons été réconciliés avec Dieu non pas par des œuvres religieuses mortes, mais par le sang de Jésus. Un chrétien est littéralement une nouvelle création (2 Co 5,17). Notre vie de péché fait partie de notre passé. Bien que nous puissions continuer à agir comme des pécheurs dans notre pensée non renouvelée, nous ne sommes plus des pécheurs. C’est pourquoi Pierre dit : “cessez de vivre dans le passé et grandissez”.

Qu’est-ce qui apporte le pardon des péchés ? Le sang de Jésus (Mt 26,28). “Sans effusion de sang, il n’y a pas de pardon” (He 9,22). Lorsque Jésus a versé son sang et est mort sur la croix, Dieu a annulé la loi qui était contre nous et “nous a pardonné tous nos péchés” (Col 2,13-14).

Vous avez été pardonné il y a 2 000 ans. Il est absurde de dire que Dieu n’a pas pardonné nos péchés futurs car lorsqu’il nous a pardonné, tous nos péchés étaient dans le futur.

(3) Jean dit que le pardon dépend de notre confession.

Comment recevoir le don gratuit du pardon ? Repentez-vous et mettez votre confiance en Jésus. Jean écrit que si nous confessons nos péchés, il est fidèle et juste pour nous purifier de toute iniquité (1 Jn 1.9). Pour certains, cela signifie que nous sommes purifiés du péché par notre confession. Mais Jean précise que c’est le “sang de Jésus” – et non notre confession – qui “nous purifie de tout péché” (1 Jn 1, 7).

Et avez-vous remarqué que Jean a dit “tout péché” ? Au cas où cela nous aurait échappé, Jean le répète : Jésus nous purifie de “toute iniquité” (1 Jn 1, 9). Tout signifie tout. Tout comprend le péché passé, présent et futur. Lorsque vous êtes purifié par Jésus, vous êtes bel et bien purifié !

L’Éternel dit : “Maintenant, réglons la question. Tu es taché de rouge par le péché, mais je vais te laver comme la neige. Bien que tes taches soient d’un rouge profond, tu seras blanc comme la laine.'” (Is 1:18, GNB)

Comme je l’ai dit ailleurs, Jean ne prêche pas une doctrine de la confession humaine mais une doctrine du pardon divin. Comme tous les autres auteurs du Nouveau Testament, Jean se donne beaucoup de mal pour montrer que le pardon divin est une chose divine du début à la fin. Si nous répondons à ses ouvertures et reconnaissons notre état de pécheur et notre besoin d’un Sauveur, nous sommes éternellement, complètement et parfaitement pardonnés !

Lorsque vous péchez, devinez quoi – vous êtes toujours pardonné ! La grâce de Dieu est plus grande que votre péché. Bien sûr, vous ne devez pas pécher et lorsque vous le faites, vous devez vous repentir, mais soyez assurés que rien ne peut vous séparer de l’amour du Christ.

Certaines personnes essaient de mettre des limites au pardon de Dieu. Ils disent qu’il refuse son pardon si nous ne faisons pas ceci, cela et l’autre chose. Ils disent que Dieu pardonne en fonction de notre comportement ou de nos performances. Mais ce n’est pas ce que dit la Bible.

“En lui, nous avons la rédemption par son sang, le pardon des péchés, selon la richesse de la grâce de Dieu.” (Eph 1:7)

Tout comme vous ne pouvez pas mettre de limite à la richesse de la grâce de Dieu, vous ne pouvez pas mettre de limite à Son pardon. C’est une bonne nouvelle !

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s